fr
Appelez-nous ! +33 972 55 05 55

Phygital vous avez dit ?

La transition phygitale est en marche. Ce nouveau concept inventé il y a quelques années est en train de modifier les aspects du marketing global et pousse les enseignes à s’y engager. Mais qu’est-ce qu’il signifie ? 

Qu’est-ce que le phygital ? 

Eh oui, une de plus ! Une expression de plus venue de la contraction de deux mots a fait son apparition dans le monde du marketing : phygital. Ce terme venant de « physique » et « digital » désigne la rencontre des techniques du marketing et du commerce digital avec celles du marketing et du commerce physique.

Ce mot, dont certains estiment qu’il fut inventé en 2013, qualifie la façon dont le digital transforme le retail physique et ses interactions avec les clients. Il souligne aussi les opportunités formidables qu’offre la combinaison des deux univers. Son objectif est d’aider les retailers historiques à réussir pleinement leur adaptation au nouveau monde digital.

Il est commun de parler de l’exemple d’Amazon qui a lancé un magasin Phygital en 2015 à Seattle pour mieux en comprendre l’aspect : un point de vente physique qui intègre les données et méthodes du monde digital. 

Pourquoi est-ce important? 

Avec le phygital, l’objectif est d’intégrer de manière claire les efforts de marketing à travers les espaces physiques et virtuels. Ce type de marketing mi-réel, mi-virtuel est essentiel à la survie du commerce de détail. En effet, le secteur a lutté ces dernières années contre le développement triomphant du commerce électronique.

Les objectifs d’une stratégie digitale varient d’un retailer à l’autre. Dans une étude réalisée par Diamart Group à la fin de l’année 2019 sur le mode d’emploi de la transition phygitale, les entreprises espèrent trois choses : augmenter leurs ventes en ligne, poursuivre leurs objectifs marketing et accroître le trafic en magasin.

Autour de ces 3 axes, les compagnies distinguent 13 enjeux de la transition phygitale, qu’elles jugent toutes importantes et prioritaires. Pourtant, aucune d’entre elles n’a les moyens, les budgets et l’énergie pour relever autant de défis en même temps.

Ainsi, la majorité des entreprises interrogées (56%) estime qu’il est très important d’améliorer la connaissance client grâce à la réconciliation des données omnicanales et 45% jugent cruciale l’instauration d’une bonne relation client. D’une manière générale, les ventes dans les magasins sont en baisse alors qu’elles atteignent des sommets toujours plus élevés en ligne. 

Augmenter sa part de chiffre d’affaires sur internet devient donc une priorité et faire connaître sa marque aussi. Ainsi, plus du tiers des magasins (34%) croient qu’il est fondamental de promouvoir sa marque en ligne (par exemple sur les réseaux sociaux). Mais l’augmentation du trafic en magasin reste encore et toujours la priorité pour 50 % des retailers. Avec le phygital, le digital permet de renforcer les performances en boutique.

Les outils du phygital

Qu’ils soient physiques ou digitaux, les outils du phygital servent tous à un échange plus simple et efficace entre les deux parties. On peut par exemple mentionner les E-réservation pour réserver en ligne, la géolocalisation pour trouver une enseigne proche de sa position, le click and collect qui permet d’acheter en ligne et de retirer dans un magasin ou encore le mobile-to-store pour l’envoi de notification push sur mobile via la géolocalisation afin d’envoyer des offres commerciales ciblées.

Le digital est souvent complémentaire de la présence humaine, voire s’y substitue. C’est par exemple le cas avec les bornes de commande sur le lieu de vente, les vitrines interactives, les vendeurs connectés ou encore le paiement par mobile. Si pour l’instant, l’aspect phygital est très présent en B2C, il se pourrait qu’il fasse aussi son apparition en B2B. Peut-être lorsque la génération Z, qui a grandi avec le développement de ces différents outils, sera intégrée dans le monde du travail.

Leave a Reply