fr
Appelez-nous ! +33 972 55 05 55

Covid-19 : ces startups, PME et marques qui se mobilisent pour les hôpitaux.

La crise liée au coronavirus COVID-19 a un impact économique sans précédent depuis 1945 en France. Beaucoup d’entreprises voient leur chiffre d’affaires s’effondrer et de nombreux salariés se retrouvent au chômage technique. Parallèlement, un bel élan de solidarité s’est enclenché un peu partout en France et dans le monde. Les entreprises ne les communiquent pas forcément par voie de presse. Souvent, ce sont leurs pages Facebook, Twitter, LinkedIn ou Instagram qui relaient leurs initiatives. Panorama non exhaustif des initiatives de grandes marques comme de TPE/PME.

On a tous en tête le masque de snorkeling conçu par Decathlon et envoyé aux services de réanimation pour créer des respirateurs. Si l’enseigne sportive a fortement été médiatisée, tant l’image est forte et quelque peu cocasse malgré la gravité de la situation, d’autres entreprises ont également mobilisé leurs troupes pour fournir du mieux qu’elles le peuvent le corps médical.

Il y a bien entendu les cas les plus médiatisés, comme les 70.000 litres d’alcool fournis par Pernod Ricard, les 4.200 flacons fournis par Yves Rocher et surtout les 10 millions masques qui seront à terme offerts par LVMH.

Mais il y a également des initiatives locales, à l’échelle de PME ancrées dans leur région, comme Ackerman, Maison de vins de Loire, ou comme les jeans drômois 1083, par exemple, qui ont vu leur activité fortement ralentir avec la crise. Alors que la première fabrique du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux, les seconds ont modifié leurs lignes de production pour fabriquer des masques, sur le modèle du tutoriel fourni par le CHU de Grenoble. D’autres marques textiles plus ou moins connues contribuent également à l’effort national : Damart, Petit Bateau, Le Slip français, Lemahieu, Asphalte, Kufu ou encore le T-Shirt propre.

Damart a par ailleurs lancé une opération solidaire, pour détecter d’éventuels cas de clients en souffrance ou isolés, alors que de son côté, La Poste s’efforce de maintenir son service « visite régulière du facteur » dévoué aux personnes âgées. En outre, l’entreprise a mis à disposition du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale 5.000 gants, 200 masques et plus de 15.000 gels hydroalcooliques.

Des équipements que l’on peut également retrouver dans le secteur du BTP et du bricolage.

Ainsi, certains distributeurs ont vidé leurs stocks de masques ou de vêtements de protection. C’est le cas de Würth France, qui a fourni plus de 10.000 masques FFP1 et FFP2 aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. Leroy Merlin et Kingfisher (Castorama et Brico Dépôt) sont également montés sur le front pour livrer des milliers d’équipements aux CHU.

Plus technologiques, les imprimantes 3D tournent sans s’arrêter grâce à l’initiative de startups, comme Industry Labs à Orléans, ou même d’individus. Dagoma devrait dépasser les 40.000 visières expédiées aux hôpitaux, tandis qu’à son échelle, Fanny Bouton, experte High Tech à l’origine des événements Fanny’s Party, se mobilise avec d’autres particuliers pour utiliser leurs imprimantes 3D personnelles.

D’autres startups, tels Withings, livrent des masques et des thermomètres connectés ou… des informaticiens pour prêter main d’œuvre !

Sur le pont quasiment 24/24, le personnel soignant n’a pas le temps de se faire à manger. Des restaurants de quartier, de grandes enseignes comme Pizza Hut ou de façon plus cocasse la marque Comme j’aime, spécialisée dans les produits de régime, organisent donc des livraisons pour les personnes mobilisées. Aussi, d’après Le Parisien, le premier dimanche confiné, « quatre restaurants franciliens haut de gamme ont concocté gratuitement 160 repas pour les soignants des hôpitaux Amboise-Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis) ». Des marques de Food, comme les boissons Club Mate, ont également livré des caisses de subsides. Et des hôtels, comme celui de la cathédrale à Beauvais, rouvrent pour héberger gratuitement les soignants au plus près de leur lieu de travail.

Tandis que la chaîne Norauto donne la priorité aux personnels soignants pour les réparations, les grands constructeurs automobiles ont modifié leurs lignes de production pour fabriquer des équipements sanitaires. Seat a ainsi créé 13 prototypes avant de parvenir à fabriquer un respirateur activé par un moteur d’essuie-glace. Dans le secteur de l’électroménager, Dyson a également beaucoup fait parler de ses propres modèles.

Dans le B2B, beaucoup d’entreprises de toutes tailles ont remplacé leurs événements physiques par des webinaires, à l’image de BOMA, organisateur des TEDx Paris, qui s’est associé au Huffington Post, du géant EY ou de l’expert-comptable en ligne ECL Direct.

Côté médias, alors que cette crise sanitaire leur serait plutôt profitable, saluons le geste de CANAL+, qui a offert son abonnement jusque fin mars malgré les réprimandes du CSA, de Pornhub, qui a vu le filon venir en offrant sa formule premium et de Disney+ qui a accepté de décaler son lancement, pour éviter la saturation des réseaux.

Merci aux community managers et abonnés au groupe Facebook « Le journal du community manager » pour avoir inspiré cet article, suite à une question que nous avions à la base posée pour un client. Il existe énormément d’initiatives et malheureusement nous ne pouvons pas toutes les citer ici mais n’hésitez pas à nous contacter pour nous en informer.

Leave a Reply