Ce qu’il ne fallait pas manquer cet été

Blog

Cet été, l’actualité n’est pas partie en vacances, si vous avez raté des choses, voici un petit résumé de ce qu’il s’est passé dans le monde des médias sociaux, mais pas uniquement.

 

Focus de Mediatrium :
–          Twitter et les jeunes.
–          Pinterest, l’avenir de l’infographie ?
–          La stratégie médias sociaux de la NASA.
–          Les JO à l’ère des réseaux sociaux.
–          Twitter veut voler de ses propres ailes.
–          Les médias sociaux et les élections aux USA.

Facebook :
–          Une réorganisation des photos pour une meilleure présentation.
–          Facebook se lance dans les jeux d’argent.
–          83 millions de faux comptes sur Facebook.
–          Facebook supprime enfin définitivement les photos que l’on efface.
–          Contrôlez qui vous tague sur les photos.

Twitter :
–          Twitter coupe les ponts avec Instagram.
–          Le demi-milliard d’utilisateurs de Twitter atteint.
–          150 millions de tweets pour les Jeux Olympiques.
–          Explication des comptes certifiés Twitter.
–          Le nom des logiciels à l’origine des tweets n’est plus visible.

Pinterest:
–          Pinterest : Est-ce juste un effet de mode ?
–          L’utilisation créative et originale de Pinterest, par Uniqlo.
–          Les inscriptions sur Pinterest sont désormais ouvertes à tous.
–          L’application Pinterest pour Android et iPad.
–          Pinterest bientôt en français.

Google :
–          Les utilisateurs de Google+ sont plus satisfaits que ceux de Facebook.
–          L’audience de Google+ augmente de 43%.
–          Google+ : Les URL personnalisées arrivent.
–          Chrome iOS permet de partager sur les réseaux sociaux facilement.
–          Les publications programmables font leur apparition sur Google+

Médias sociaux :
–          Les internautes français de plus en plus accros aux réseaux sociaux.
–          App.net pour rivaliser avec Facebook ?
–          LinkedIn modifie sa page d’accueil.
–          LinkedIn s’invite en natif à Outlook.
–          De plus en plus de téléspectateurs sont connectés aux médias sociaux.

Autres médias :
–          Youtube part à la chasse aux commentaires anonymes.
–          CVstreet, un projet transmedia pour trouver un job.
–          La nouvelle tablette de Samsung pour détrôner l’iPad ?
–          The Spiral, une série TV cross-média européenne.
–          « Inside Engrenages », la websérie interactive de Canal+.

Les médias sociaux s’invitent aux élections américaines

Blog

Les candidats ont bien compris que la victoire aux élections allait aussi se jouer sur les médias sociaux cette année.

L’actuel président américain et son équipe ont donc décidé de s’investir dans les médias sociaux, comme en 2008, où Obama comptait notamment Chris Hugues dans son équipe, co-fondateur de Facebook.

Cette année le maître mot est : réactivité. La« Truth Team », par exemple, tweetait en direct pendant la convention de Mitt Romney afin de contredire les chiffres et affirmations qu’annonçait le concurrent du président sortant.

Et pendant cette même convention, Obama en a profité pour lancer un AMA (« Ask Me Anything », en français « demandez-moi ce que vous voulez ») sur Reddit. Les internautes pouvaient ainsi poser toutes les questions possibles au président de manière directe : sur quelques milliers, Obama n’en a traité qu’une dizaine.

Cette prestation a toutefois été remarquée, Obama la concluant par un « NOT BAD » (« pas mal »),  s’amusant ainsi à faire un clin d’œil à un buzz qui tournait autour de lui sur la toile.

Autre exemple de la réactivité et de la présence du candidat démocrate dans les médias sociaux : après le discours de Clint Eastwood s’adressant à une chaise vide censée représenter l’échec d’Obama à la prochaine éléection, l’équipe du président a répondu par une photo d’Obama dans son siège accompagnée de la mention « This seat is taken » (« Ce siège est pris »), afin de signifier qu’il n’a pas encore perdu les élections.

L’implication des social media dans la stratégie d’Obama n’est pas nouvelle, il s’était déjà fait remarqué en 2008. Mais en 2011, elle prend une ampleur inégalée, notamment grâce à l’apparition de nouveaux outils.

On peut ainsi noter une présence accrue du président sur tous les types de réseaux sociaux puisqu’il possède une page Facebook et un compte Twitter mis à jour très régulièrement mais aussi des comptes Pinterest, Youtube, Tumblr, une application mobile, des comptes Google+, Instagram, Flickr et même un profil Spotify.Les candidats ont bien compris que la victoire aux élections allait aussi se jouer sur les médias sociaux cette année.

L’actuel président américain et son équipe ont donc décidé de s’investir dans les médias sociaux, comme en 2008, où Obama comptait notamment Chris Hugues dans son équipe, co-fondateur de Facebook.

Cette année le maître mot est : réactivité. La« Truth Team », par exemple, tweetait en direct pendant la convention de Mitt Romney afin de contredire les chiffres et affirmations qu’annonçait le concurrent du président sortant.

Et pendant cette même convention, Obama en a profité pour lancer un AMA (« Ask Me Anything », en français « demandez-moi ce que vous voulez ») sur Reddit. Les internautes pouvaient ainsi poser toutes les questions possibles au président de manière directe : sur quelques milliers, Obama n’en a traité qu’une dizaine.

Cette prestation a toutefois été remarquée, Obama la concluant par un « NOT BAD » (« pas mal »),  s’amusant ainsi à faire un clin d’œil à un buzz qui tournait autour de lui sur la toile.

Autre exemple de la réactivité et de la présence du candidat démocrate dans les médias sociaux : après le discours de Clint Eastwood s’adressant à une chaise vide censée représenter l’échec d’Obama à la prochaine éléection, l’équipe du président a répondu par une photo d’Obama dans son siège accompagnée de la mention « This seat is taken » (« Ce siège est pris »), afin de signifier qu’il n’a pas encore perdu les élections.

L’implication des social media dans la stratégie d’Obama n’est pas nouvelle, il s’était déjà fait remarqué en 2008. Mais en 2011, elle prend une ampleur inégalée, notamment grâce à l’apparition de nouveaux outils.

On peut ainsi noter une présence accrue du président sur tous les types de réseaux sociaux puisqu’il possède une page Facebook et un compte Twitter mis à jour très régulièrement mais aussi des comptes Pinterest, Youtube, Tumblr, une application mobile, des comptes Google+, Instagram, Flickr et même un profil Spotify.

Twitter veut voler de ses propres ailes

Blog

Depuis quelques temps, Twitter durcit sa politique envers ses concurrents directs. Son API est moins facile d’accès pour les applications externes et indépendantes de Twitter.

Twitter applique de plus en plus de restrictions sur les applications, en obligeant notamment un affichage spécifique. A titre d’exemple, l’affichage des tweets sur LinkedIn a été supprimé, Tumblr et Instagram ont vu leur fonctionnalité « chercher des amis via Twitter » bloquée.

Cette mise à l’écart d’anciens partenaires n’est pas innocente. Twitter veut même en faire de futurs concurrents. En effet, les fondateurs de Twitter Evan Williams et Biz Stone ont décidés de lancer deux nouveaux sites, Branch et Medium.

 

Branch se présente comme une extension de Twitter, centré autour des discussions. Le principe est simple, on accède au site à l’aide de son compte Twitter et on démarre une discussion, discussion à laquelle on invite le nombre d’autres comptes Twitter de son choix. Les messages qu’il est possible de poster ne sont pas limités en taille (contrairement aux 140 caractères maximum de Twitter). On peut également consulter des discussions sans forcément y participer.

 

Medium semble être une extension de Twitter également, puisqu’il faut aussi simplement un compte Twitter pour pouvoir utiliser Medium. Cela se présente sous forme de collection d’images ou d’articles que l’utilisateur peut organiser, à la manière d’un Pinterest. Mais de manière différente puisque une fois une collection créé par un utilisateur, il y ajoute le contenu qui lui plait et les autres utilisateurs peuvent également y participer.

Les deux sites se présentent de manière sobre, simple et esthétique et comme des extensions de Twitter. Ces deux nouveaux sites et la mise à l’écart de « concurrents » prouve bien que Twitter veut refaire son retard, ajoutant donc à ses fonctionnalités les discussions entre utilisateurs et le partage de médias et de textes de manière plus pratiques et visuels que Twitter ne peut le faire. Twitter se rapprochant ainsi de Facebook au niveau des fonctionnalités du réseau social de Mark Zuckerberg.

Les deux sites ne sont pour l’instant accessibles que sur invitation, mais il sera intéressant de voir comment se passe le duel avec Facebook maintenant que Twitter regroupe quasiment les mêmes fonctionnalités que son concurrent.

 

Twitter invité aux JO 2012

Blog

Les Jeux Olympiques de Londres sont finis, maintenant place aux Jeux Paralympiques. Les JO 2012 ont été placés sous le signe des médias sociaux qui ont fait énormément parler d’eux durant toute la durée de la compétition.

Ils ont surtout relayé ou entrainé des scandales. Cependant certains s’en sont servi de manière intelligente et originale. C’est le cas d’EDF Energy avec le London Eye.

 

La grande roue était ainsi illuminée tous les soirs dans un spectacle de lumière. Tous les tweets de la journée étaient analysés mot par mot par un algorithme (nommé « SentiStrength ») pour déterminer si les tweets étaient positifs ou négatifs. Et pendant 24 minutes, représentant les 24 heures de la journée, la grande roue représentait donc l’humeur des twittos à l’aide d’un code couleur (jaune = positif, vert = neutre, violet = négatif)

Un bel exemple de mise en place et d’implication des médias sociaux dans un évènement. Reste à savoir si l’expérience continuera pour les Jeux Paralympiques ou si elle s’arrêtera.

La NASA et les réseaux sociaux

Blog

Malgré la large médiatisation des JO de Londres, il était difficile de passer à côté du robot Curiosity qui s’est posé sur Mars sans encombre ce lundi. En effet le robot est très bavard sur les réseaux sociaux et il tweetait en direct pendant son approche de la surface de Mars. (@MarsCuriosity)

 

Il va de soi que ce n’est pas le robot lui-même qui gère ces différents médias sociaux, mais la NASA, qui a mis en place un système de communication sur Twitter et Facebook assez innovant, en donnant la parole à leur robot. Ils créent ainsi un storytelling fictionnel réussi, donnant l’impression à l’internaute de faire partie en quelque sorte de l’aventure, ou en tout cas de donner un sentiment de proximité avec le robot Curiosity et la NASA.

 

La NASA joue donc la carte de la proximité et de l’ouverture au public de leurs travaux ou au moins d’une partie. Le robot utilise un ton décalé afin d’amuser ses followers, et donne ainsi une image sympathique à cette opération et de la NASA. Et ce n’est pas un coup d’essai puisqu’ils donnent la parole à une grande partie de leurs engins via Twitter. Le compte Twitter de la NASA recense également tous les comptes des astronautes qui sont actuellement dans l’espace.

 

La NASA a donc une très bonne notoriété sur les réseaux sociaux, avec 2 682 313 followers sur son compte Twitter et 1 109 822 fans sur Facebook. L’opération de communication sur Curiosity a sûrement dû booster ces chiffres.

Starbucks : des excuses peuvent en cacher d’autres.

Blog

Starbucks Coffee étant une grande marque, elle se doit d’être active et réactive sur les réseaux sociaux comme toute autre grande marque qui se respecte. Or, en terrain mouvant, il faut peser ses mots, tant la ferveur populaire peut être fatale, comme on l’a vu avec l’affaire dite du #McDoGate.

Le community manager de Starbucks Argentine pensait donc bien faire, lorsqu’il a prévenu ses followers que suite à un problème de stock de gobelets et cartons anti-brûlures officiels ces derniers seraient remplacés par des gobelets fabriqués en Argentine, en présentant les excuses de Starbucks pour ce désagrément, de la manière suivante :

« Nous nous excusons mais en raison d’une rupture temporaire de stock, certains magasins utiliseront des gobelets et des cartons de production nationale. Cordialement. »

Ce qui semblait être une bonne idée s’est très vite transformé en une très mauvaise, puisque les followers argentins n’ont pas apprécié que l’on se sente obligé de s’excuser d’utiliser des produits fabriqués dans leur pays.

Le tweet qui paraissait inoffensif et qui jouait la carte de la transparence est vite devenu viral, par le biais, notamment, du hashtag #pedimosdisculpas (signifiant « nous nous excusons ») où les internautes ont raillé la compagnie, en demandant par exemple si Starbucks s’excusait également d’engager des Argentins dans leurs magasins.

Starbucks s’est depuis excusé (à nouveau) de cette mauvaise formulation, mais cela démontre le soin à apporter aux communications faites sur les réseaux sociaux, si anodines soient-elles, car le sarcasme de certains Internautes peut surgir aussi rapidement que l’éclair.

Starbucks Coffee étant une grande marque, elle se doit d’être active et réactive sur les réseaux sociaux comme toute autre grande marque qui se respecte. Or, en terrain mouvant, il faut peser ses mots, tant la ferveur populaire peut être fatale, comme on l’a vu avec l’affaire dite du #McDoGate.

Le community manager de Starbucks Argentine pensait donc bien faire, lorsqu’il a prévenu ses followers que suite à un problème de stock de gobelets et cartons anti-brûlures officiels ces derniers seraient remplacés par des gobelets fabriqués en Argentine, en présentant les excuses de Starbucks pour ce désagrément, de la manière suivante :

« Nous nous excusons mais en raison d’une rupture temporaire de stock, certains magasins utiliseront des gobelets et des cartons de production nationale. Cordialement. »

Ce qui semblait être une bonne idée s’est très vite transformé en une très mauvaise, puisque les followers argentins n’ont pas apprécié que l’on se sente obligé de s’excuser d’utiliser des produits fabriqués dans leur pays.

Le tweet qui paraissait inoffensif et qui jouait la carte de la transparence est vite devenu viral, par le biais, notamment, du hashtag #pedimosdisculpas (signifiant « nous nous excusons ») où les internautes ont raillé la compagnie, en demandant par exemple si Starbucks s’excusait également d’engager des Argentins dans leurs magasins.

Starbucks s’est depuis excusé (à nouveau) de cette mauvaise formulation, mais cela démontre le soin à apporter aux communications faites sur les réseaux sociaux, si anodines soient-elles, car le sarcasme de certains Internautes peut surgir aussi rapidement que l’éclair.

Formation Facebook et Twitter pour les TPE/PME

Blog, Non classé, Prochaines formations

Description :

Une formation d’une journée pour créer avec l’aide de l’animateur une page Facebook ou Twitter pour votre TPE / PME et apprendre à l’animer

Pré-Requis :
Aucun

Objectifs :
– Maîtriser Facebook et Twitter dans le cadre d’une communication d’entreprise
– Comprendre les mécanismes viraux
– Se familiariser avec les outils et créer sa page

Participants :

Toute personne amenée à créer et animer une page Facebook ou Twitter

Durée :
1 jour / 7 heures

Dates :
Contactez-nous

Description :

Une formation d’une journée pour créer avec l’aide de l’animateur une page Facebook ou Twitter pour votre TPE / PME et apprendre à l’animer

Pré-Requis :
Aucun

Objectifs :
– Maîtriser Facebook et Twitter dans le cadre d’une communication d’entreprise
– Comprendre les mécanismes viraux
– Se familiariser avec les outils et créer sa page

Participants :

Toute personne amenée à créer et animer une page Facebook ou Twitter

Durée :
1 jour / 7 heures

Dates :
15 Février 2012
29 Mai 2012
12 Octobre 2012
18 Décembre 2012

Plus d’informations sur la formation « créer sa page facebook, son compte twitter »

Aujourd’hui sur Twitter, demain sur TF1

Blog

twitter est un formidable outil de microblogging. Depuis un ordinateur, un mobile ou une tablette, il est facilement possible d’envoyer une information à des milliers de contacts. Les journalistes se sont vite emparés du phénomène et ils sont de plus en plus nombreux à l’utiliser pour leur propre travail.

Bien entendu, ce sont d’abord les journalistes spécialisés Internet qui sont les plus grands utilisateurs de twitter, mais comme l’a démontré un reportage diffusé dans Envoyé Spécial sur France 2, des chaines de télévision comme France 24 utilisent twitter comme une de leurs principales sources d’information. Ainsi, les premiers témoignages du séisme d’Haîti ont-ils été trouvés sur le réseau de microblogging…

Chez mediatrium, nous avons récemment pu vérifier la puissance de twitter en relations presse lors du lancement de nos comptes @bacphilo et @bachistoire. Nous avons vu des retweets (équivalent du transfert d’email) entre journalistes et blogueurs. France Info, La Croix ou LCI ont ainsi été parmi les retweetés ou retweeteurs… Au niveau des retombées, nous avons eu, par exemple, un passage sur LCI, et des articles dans France Soir, Sud Ouest et La Dépêche.

Liens utiles pour bien tweeter !

Blog

twitter

Twitter, c’est bien, mais avec certains outils pratiques, c’est mieux. Petite sélection indispensable !

Bit.ly : raccourcir les URLs et avoir des stats

Le raccourcisseur Bit.ly est bien connu et a peu à peu rendu obsolète tinyurl ! A quoi cela sert-il ? A gagner quelques caractères bien précieux : Twitter limitant vos proses à 140 caractères, vous vous rendrez bien vite compte de l’utilité d’un tel site. Toutefois, sur un logiciel comme Tweetdeck, bit.ly est déjà intégré ! Un conseil : enregistrez-vous sur le site pour savoir combien de clics votre liens ont généré.

Tweetdeck : j’en parlais juste avant, c’est un gestionnaire de comptes Twitter. Pour suivre plus facilement ses amis et gérer plusieurs comptes, pour différencier vos messages directs du reste du flux, c’est l’utilitaire qu’il vous faut ! En bref, Tweetdeck simplifie et rend compréhensible Twitter. Vous pouvez aussi y gérer LinkedIn, Google Buzz ou Foursquare !

Sobees : concurrent de Tweetdeck. Il faudrait que je le teste un peu plus à fond, car je préfère sa présentation à celle de son concurrent. En plus, il fonctionne aussi en mode Saas ! A voir aussi, dans le même genre : Seesmic.

Futuretweets : si vous avez plutôt l’habitude de n’utiliser Twitter qu’une à deux fois par jour mais que vous souhaitez disperser vos tweets dans le temps, voire les programmer plusieurs jours à l’avance (souhaiter un anniversaire, par exemple, ou lancer un concours !), Futuretweets est votre ami. Ecrivez le tweet, choisissez la sate et l’heure et il n’y a plsu qu’à laisser faire…

Mise à jour 07/06 : Tweetdeck v. 0.34 permet désormais de programmer ses tweets, à l’instar de Futuretweets !