By Lionel octobre 01, 2017

D’après, David Meerman Scott,  expert en marketing américain, le Newsjacking est l’art et la science de pouvoir mêler son entreprise et l’image qu’elle véhicule à un fait d’actualité. L’actualité en question peut cibler une communauté particulière ou un grand nombre de consommateurs.

Concrètement, elle consiste à lier une information à son entreprise avant que cette actualité n’atteigne son point d’apogée. De fait, l’objectif est de capter l’intérêt de l’audience pour cette actualité, de façon brève mais intense.

Le revers de la médaille du newsjacking

Le Newsjacking permet en un temps record d’acquérir une forte notoriété et de créer un fort trafic sur son espace numérique. De par sa nature intimement liée au buzz, il est à double tranchant et doit être maniée avec précaution.

Il faudra pour ce faire :

  • Eviter les sujets trop politisés, ou même éviter la politique d’une manière globale, sauf si on y voit un intérêt particulier. Certaines marques ont réussi à faire parler d’elles en utilisant des photos de candidats à l’élection présidentielle. Toutefois, l’exercice s’est avéré périlleux et un procès pour droit à l’image ne pourrait être totalement écarté.
  • Eviter les sujets polémiques comme la religion.
  • Enfin, certains faits de société trop épineux ou dérangeants sont également à manipuler avec précaution.

En matière de community management, des sujets plus consensuels comme les sorties cinéma de blockbusters très attendus, les évènements sportifs ou encore la météo sont propices aux Newsjacking.

Le newsjacking comme composante du real time marketing

Le Newsjacking peut à l’occasion  être un sous-ensemble du « Real Time Marketing ». C’est le cas où une actualité n’est pas prévisible. S’il est facile de surfer sur le succès d’un championnat du monde – en veillant toutefois à ne pas enfreindre les droits de tiers – il convient d’être extrêmement réactif face à un événement survenu subitement.

Le temps est donc un facteur déterminant dans l’exécution de cette technique. Car la durée de vie d’une information est courte, le traitement doit se faire juste après la délivrance de cette dernière, légèrement avant le pic d’intérêt. A l‘agence social media Mediatrium, par exemple, nous avions envoyé un communiqué juste après avoir appris que Facebook rachetait Whatsapp pour plusieurs milliards de dollars. Notre analyse fut reprise par l’AFP, France 3, C8, Arte ou encore Europe 1.

Si une information traitée trop tôt est susceptible de ne pas générer de trafic, une actualité traitée trop tard ne servira simplement à rien.  La gestion et le sens du timing sont donc essentiels. En matière de B2C, le newsjacking demande une bonne dose de créativité. Car il peut être matérialisé tant par un simple jeu de mots sur Twitter que par un mini-film sur Facebook.

Pour conclure, malgré son côté double tranchant, le Newsjacking est une technique de génération de trafic très efficace qui, si elle est bien menée, peut donner des résultats  extraordinaires.

 

 

 

 

Comments

No comments found.